Home / Afrique du Nord / Algérie / Scandale en Algérie
Scandale en Algérie

Scandale en Algérie

 

Un ressortissant français et sept Algériens ont comparue jeudi 18 avril, devant le tribunal criminel d’Annaba, à 600 km à l’est d’Alger, pour un scandale pornographique.

Un homme d’affaire français appelé Jean-Michel Baroche, 68 ans, est principal accusé, dans une affaire de production de films pornographiques en Algérie.
Emprisonné avec quatre complices algériens dont un vice-maire, Saadni Abdenacer, ainsi que trois autres impliqués poursuivis en état de liberté provisoire.

Ce groupe de 8 accusés parmi lesquels figurent quatre médecins gynécologues, est poursuivi pour onze chefs d’inculpation dont ‘atteinte à la pudeur’, ‘production et diffusion de films pornographiques’, ‘incitation à la débauche’ et ‘détention de drogue’.

L’affaire remonte au mois d’avril 2012 lorsqu’une jeune fille avait déposé plainte contre un réseau d’atteinte aux bonnes mœurs dirigé par le Français.

Une douzaine de victimes et 23 témoins doivent être entendus.

Sauf renvoi du procès pour motif technique, le jugement devrait être rapidement connu, selon des sources judiciaires algériennes.

Jean Michelle Baroche, homme d’affaires, était venu de Tunisie après le renversement du régime de Ben Ali il y a deux ans.

Prétendant avoir une société de location d’avions et de véhicules de luxe en Tunisie, il avait créé une agence de mannequins, Glamour Arabian Talent, et une société de développement et d’investissements, Algerian Development Agency, en Algérie.

Selon des sources médiatiques locales, il recevait les candidates algériennes dans une luxueuse villa où il faisait venir des hommes pour avoir des rapports sexuels avec elles. Lesquelles ébats étaient filmés et vendus sur internet.

Baroche, s’est prétendu converti à l’islam en Algérie, et y prit femme, une jeune algérienne d’une vingtaine d’années.

Des sources proches du dossier citées par l’agence française AFP, ont rassuré que le prisonnier français était emprisonné dans de ‘bonnes conditions’ et n’était pas torturé.

Il a le droit de ‘correspondre avec sa famille’ et a reçu huit visites consulaires depuis son incarcération le 17 avril 2012.

 

 

About Amazigh AQVAYLI

Amazigh AQVAYLI
Citoyen du monde

Commentaire

Scroll To Top