Tunisie: deuxième assassinat d’un opposant politique depuis le début de l’année

Le député Mohamed Brahmi, chef d’un parti de l’opposition en Tunisie, a été assassiné jeudi par balles devant son domicile près de Tunis, selon des médias officiels et des responsables de son parti.

“Mohamed Brahmi, coordinateur général du Mouvement populaire et membre de l’Assemblée nationale constituante (ANC), a été assassiné par balles devant son domicile dans la région de l’Ariana”, ont informé la télévision nationale Watanya et l’agence officielle TAP.

“Allah Akbar (Dieu est grand), Mohamed Brahmi a été tué, son corps a été criblé de balles devant son épouse et ses enfants”, a déclaré, en pleurs, à la radio, Mohsen Nabti, membre du bureau politique du Mouvement populaire, une formation de gauche.

La télévision Watanya a précisé que M. Brahmi avait été abattu par onze balles tirées à bout portant par des inconnus.

Le 6 février dernier, c’est l’opposant Chokri Belaïd qui a été tué. Le meurtre de ce dernier, également assassiné par balles devant son domicile, avait causé une grave crise politique dans le pays.

Egypte: au bord de la guerre civile?

Le chef d’état-major égyptien exhorte les cairotes à manifester pour soutenir l’armée contre les “terroristes”

Le général Sissi, chef d’état-major et nouvel homme fort de l’Egypte a appelé les Egyptiens à manifester “en masse” vendredi après l’heure de la prière pour montrer leur soutien à l’action de l’armée “contre les terroristes”. Il a fait allusion aux plans des militaires égyptiens de mener une opération de grande ampleur dans le Sinaï, et a commenté la situation politique du pays.

M. Sissi a déconseillé aux islamistes de présenter un candidat aux prochaines élections présidentielles. Justifiant l’action des forces égyptiennes et la destitution du président élu, Mohamed Morsi du parti des Frères musulmans, il a affirmé que “l’armée égyptienne était sous le commandement de M. Morsi tant que celui-ci était légitime aux yeux du peuple” et a réfuté les accusations de “coup militaire”.

“Je n’ai pas menti au président Morsi, je lui ai toujours affirmé que l’armée appartenait à tous les Egyptiens”, a-t-il ajouté, affirmant lui avoir conseillé de changer de politique. “La mise en place du plan de transition ne souffre aucun délais”, a-t-il déclaré.

Ces déclarations martiales augurent d’une possible escalade, dans un contexte de tensions politiques exacerbées depuis près d’un mois, qui ont fréquemment dégénéré en violences meurtrières.

“J’appelle tous les Egyptiens honnêtes à descendre dans la rue vendredi pour me donner mandat pour en finir avec la violence et le terrorisme”, a déclaré le général Sissi, en grand uniforme lors d’une cérémonie militaire, une apparition qui a encore rehaussé son image d’homme fort du pays.

L’Egypte est toujours en proie à l’instabilité et a connu une nouvelle flambée de violences mardi entre partisans et adversaires du président destitué Mohamed Morsi qui ont fait 13 morts en 24 heures. Le risque que ce pays sombre dans la guerre civile augmente tous les jours et de nombreux experts craignent un scenario similaire à celui de la Syrie.

Les dirigeants au pouvoir au Caire s’en défendent mais les faits sont là. Depuis la destitution du président Morsi, les tensions s’accentuent entre pro et anti-Morsi, à l’image de la situation en Syrie où les rebelles veulent la chute du président en place.

“L’Egypte ne sera pas une deuxième Syrie et quiconque pousse dans cette voie est un traître”, a affirmé un porte-parole du président par intérim Adly Mansour, Ahmed al-Maslamani, dans une déclaration publiée par l’agence officielle MENA.

Tout comme la Syrie, l’Egypte est également confrontée à une recrudescence de presence de djihadistes sur son territoire qui sévissent dans la péninsule du Sinaï. Depuis le 3 juillet et la chute de Mohamed Morsi, le président issu des Frères musulmans, les attaques d’islamistes de tout bords contre l’armée et la police égyptienne se sont mutlipliées faisant des morts quasi quotidiennement.

En réaction, Washington a retardé sa livraison de F-16 à l’Egypte.

La situation inquiète également fortement les Israéliens comme l’a souligné son ministre de la Défense. “Nous recevons des rapports d’attaques terroristes venant du Sinaï tous les jours et notre crainte est que toutes ces menaces se retournent prochainement contre nous », a déclaré Moshe Yaalon, lors d’une visite le long de la frontière égypto-israélienne mardi.

“Nous avons renforcé notre système de défense tout le long de la frontière avec l’Egypte et à Eilat nous avons mobilisé notre système anti-missiles Dôme de Fer au cas ou quelqu’un oserait s’attaquer à cette ville », a-t-il ajouté.

De son côté, l’Egypte est prête à lancer une vaste opération pour tenter d’éradiquer les cellules terroristes qui sévissent dans la péninsule, a-t-il ajouté

Le Sinai a toujours été un terrain très instable livré à de multiples factions et à des groupes terroristes divers mais les tensions sont montés d’un cran depuis l’instablité à la tete de l’Etat.

Selon un responsable de l’Onu près de 80% des tunnels utilisés pour la contrebande d’armes et de marchandises entre la bande de Gaza et l’Egypte ne sont plus en activité” suite à une opération menée par l’armée égyptienne.

Sur le plan politique l’impasse semblait toujours totale, les Frères musulmans comptant sur la mobilisation de rue pour faire plier le nouveau pouvoir, qui continuait imperturbablement la mise en place d’institutions transitoires.

Les 14 règles d’or de Facebook (mais qu’on te dit pas)

facebook_2_1Ben ouais, ce serait trop simple si on te les disait. Faut que ça soit compliqué la vie en « société » mon ptit gars, sinon, c’est pas drôle.

Donc, on te laisse te démerder. Et toi (comme un con), tu tombes dans tous les pièges. Faut dire que t’es quand même un gros loser.

Heureusement, Jean-Fab’ est là. Il va t’aider un peu (juste un peu, il t’aime quand même bien comme boulet, faudrait voir à pas te rendre trop clean non plus).

Et il va pas faire ça pour ton bien (ça se saurait s’il aimait faire le bien), mais pour son propre bien à lui, parce qu’il en peut plus que tu fasses n’importe quoi et que tu viennes pourrir les murs de tout le monde. Donc tu lis ça, et après t’arrête. Ok ?

 

1 – Tu ne parles pas politique

Avec tes vrais amis, t’as le droit (s’ils sont pas trop violents). Ben oui, ça fait tellement de fois que vous vous en mettez plein la gueule sur la politique du gouvernement, qu’une fois de plus ou de moins, c’est pas grave, ça fait pas trop bobo (pas au sens bourgeois-bohème, mais plutôt allo maman bobo). Mais avec tes « amis » FB, oula, la politique, c’est prise de risque maximum. Sous chaque pseudo-personnalité se cache éventuellement un (rayez la mention inutile) :

  • nostalgique du 3ème Reich
  • fan de Roselyne Bachelot (pour le côté mode)
  • partisan du retour de Nicolas en politique (pour le côté quota de nains dans la vie politique)
  • membre du fan club de Christine Boutin (là on se demande quand même)

 

Donc méfiance, extrême même (la méfiance).

(si je puis ajouter un conseil au conseil, d’une manière générale, mieux vaut éviter de répondre à la provocation sur FB, sous peine d’avoir des tonnes d’abrutis qui viennent te pourrir ton mur – FB reste avant tout un lieu de grande frustration, pour ne pas dire misère intellectuelle).

 

2 – Tu ne « like » pas tes propres commentaires ou ton statut, ou ta gueule, ou la photo de ton chien (encore moins celle de ta chienne ; à la limite celle de ton môme parce que t’es qu’à 50% responsable)

Sans déconner, y’a pas plus ringard qu’un abruti qui like ses commentaires (à part peut-être Dick Rivers, et encore ça se discute). C’est vraiment le mort de faim de la popularité. Genre le mec qui s’applaudit quand il vient de réciter « le corbeau et le renard » sans buter sur « fromage » (sans doute qui appelait sa maman quand il avait 3 ans et que sa crotte était bien moulée). Non mais franchement.

 

3 – Tu ne mets pas à jour ton statut « célibataire »

(surtout si c’est juste parce que t’as levé en boîte)

C’est vrai que ça paraît con, mais Facebook pullule de célibataires peu exigeants. Donc, mettre à jour son statut, c’est :

a) ignorer (voire se moquer de) la misère affective des autres (et ça c’est très mal dans une communauté)

b) croire que les autres en ont quelque chose à foutre de ta life (et ça c’est très con)

c) étaler sa propre misère affective récemment pansé (et ça, ça fait juste rire)

d) se foutre en l’air des plans drague potentiels (non, en fait, y’a pas de risque pour toi)

 

Comme tu n’as ni envie de faire rire, ni de passer pour un con, ni d’ignorer la misère affective des autres, et ben tu la fermes ta boîte à camembert.

 

4 – Tu désactives la fonction géolocalisation de ton iPhone

Franchement, savoir que tu manges chez McDo sur les Champs, crois-moi ça n’intéresse vraiment (mais alors vraiment) personne (à part ton cardiologue éventuellement). Barbecue la sauce, blaireau ?

 

5 – Tu n’essayes pas de faire de l’humour sur ton statut

L’humour est une chose trop sérieuse pour être laissée à des rigolos (disait Coluche). Il avait jamais eu aussi raison que ce jour-là. Sérieusement, il n’y a rien de plus sinistre qu’un statut qui tombe à plat. Dans la vie, tu es drôle comme une blague de toto racontée par mon neveu de 7 ans, donc soyons clairs, y’a assez peu de raison que tu te transformes en champion de l’humour derrière ton clavier. Ouvre les yeux (et ferme ta bouche).

 

6 – Tu ne demandes pas en ami des gens dont Facebook te signale que tu les connais « peut-être »

Ben oui, c’est un piège de Facebook (c’te sale vicelard). C’est vrai que ça a l’air tentant comme ça quand on te dit « vous connaissez peut-être Lolita gros nichons (45 amis en commun) », mais en fait, entre toi et moi, y’a pas vraiment de raison que tu la connaisses, non ? C’est le meilleur moyen pour se faire bloquer son compte (j’ai testé pour vous, pas avec Lolita mais pas loin). Or, si tu te fais bloquer ton compte, comment tu vas faire pour inviter la petite blonde qui t’a gentiment donné son nom hier soir au Rosa Bonheur dans un moment de baisse de vigilance et que tu as googlée comme un âne toute la nuit (bien joué le coup de la faire boire, t’es pas si con finalement, je retire ce que j’ai dit à la règle #3).

 

7 – Tu n’invites pas les gens à des jeux à la con

Surtout moi, merci pour lui. Sans déc’, vous allez arrêter tous là, de m’envoyer vos invitations à vos jeux à la con (et si vous pouviez aussi arrêter de me proposer de défendre ces causes toutes plus débiles les unes que les autres, ça me ferait des vacances aussi).

 

8 – Tu ne participes pas à des chaînes

Bon là, je crois que ça se passe de commentaires. Les trucs genre « machine a perdu sa fille », ou « Gilbert cherche un appart pour l’été » ou (pire) « attention virus », faut arrêtez les gars. Le virus, c’est ta tronche de cake aux fruits pas frais sur mon mur, à part ça je vois pas.

 

9 – Tu ne pokes pas ta voisine du 7ème

Le poke est un truc trop subtilement con pour être employé sur des personnes que tu connais vraiment. C’est une sorte de bouteille à la mer sexuelle. T’aurais pas idée d’envoyer une bouteille à la mer sexuelle à ta voisine du 7ème (ou alors éventuellement dans sa gueule pour la faire taire) ? Non, ben voilà.

 

10 – Tu n’envoies pas des mp ambigus à des filles qui t’ont demandé en ami

Surtout pour leur demander si elles sont mariées. La drague FB, tu OUBLIES. De toute manière, le marché est saturé (t’as qu’à voir le nombre de commentaires de désespérés qui inondent la moindre photo de la moindre fille un tantinet mignonne. A ce niveau-là, ce n’est plus la peur qui t’étreint, c’est l’envie d’un cataclysme genre World War Z). Et puis, c’est déjà un miracle qu’elle t’ait demandé en ami, donc ne tente pas le diable non plus.

 

11 – Tu n’autorises pas tes amis à poster des photos de toi

J’ai testé pour vous, et c’est vrai que votre pomme au milieu de votre propre compote après une soirée en boîte où un videur t’a sorti par les cheveux, c’est pas hyper glam’ (surtout la compote dans les cheveux). Crois-moi, une photo ça circule vite.

 

12 – Tu arrêtes avec tes smileys

Je crois qu’il n’y a rien de plus insupportable qu’un mec (ou une fille, soyons pas sectaire) qui fout des smileys partout. Genre le mec, tu le croises dans la vie, c’est Homer Simpson quoi. La gueule jaune tout le temps, et la banane en travers de la tronche. Non mais sérieux… Essaye de voir combien de fois tu souris sincèrement dans la journée (moi c’est fastoche, j’avoisine le zéro absolu), et demande-toi pourquoi subitement sur FB, tu te mets à sourire constamment ou faire des clins d’œil comme une copie mal faxée d’Aldo Maccione. Alors, repose un peu tes zygomatiques, et épargne-nous ton sourire artificiel parfum citron.

 

13 – Tu arrêtes de raconter ta life

Je sais que personne ne s’intéresse à toi dans la vraie vie (pas la peine de me mentir, je vois tout). Sache que ce n’est pas une fatalité (ben oui, il te reste le suicide). Par contre, raconter sa life sur FB, mais alors là, c’est vraiment le comble du has been, le comble du comble du loser pathétique. C’est carrément la cerise sur le gâteau de cerises de ta vie de merde. Le jour où tu comprendras à quel point les gens se délectent de voir qu’il y a plus misérable qu’eux en lisant tes statuts à deux balles où tu expliques « que cette fois-ci c’est la bonne », ou que « demain, grande nouvelle », mon Dieu, ce jour-là, peut-être que je commencerai à croire en Dieu justement (inutile de dire que c’est pas demain la veille). Ta life mon pote, on s’en care le troufignon.

 

14 – Tu envoies cet article à tous tes « amis »

C’est la règle non écrite la plus importante (et de loin).

 

Et que je ne te reprenne pas à violer une de ces règles.

 

Non mais.

 

——-

Retrouvez tous les articles inutiles de Jean-Fabien sur http://www.jean-fabien.fr

 

Les Amazighs de Libye et la désobéissance civile : plus rien ne sera comme avant

La Libye vit en ce moment dans la tourmente politique qui peut avoir des conséquences indésirables pour l’avenir et la stabilité du peuple libyen dans son ensemble. Ceci est causé par l’état de l’impasse imposée par l’intransigeance des partis politiques hostiles à l’idée de pluralisme, de diversité et d’égalité au sein de la société libyenne. Tout indique que l’Amazighité, et sans le dire, est la composante la plus visée par cette ce fait accompli que ces politicards haineux veulent imposer à la Libye de l’après Kedhafi.

 

Pourtant personne ne peut nier aujourd’hui que les Amazighs, qu’on veut à tout prix éloigner de la décision politique et de la rédaction de la prochaine constitution, étaient les premiers à faire tomber l’une des dictatures les plus féroces au monde et ce pendant 42 années (1969-2011). Inutile de rappeler qu’ils étaient les premiers à atteindre le palais Bab Elaziziya au moment où les autres composantes de la population Libyenne étaient sur le point de se rendre.

L’histoire de la région d’Afrique du Nord nous renseignent sur énormément de faits ou de modèles semblables au sort des Amazighs présentement en Libye. N’est-ce pas les Amazighs ont toujours été au-devant de la scène et aux premiers rangs dans les combats livrés à travers les temps, et que les autres attendaient derrière en opportunistes pour ensuite s’accaparer du butin et de la gouvernance. Ceci en utilisant toutes les variétés de l’hypocrisie, de la méchanceté et de la tromperie et la rupture des clauses préalables. Les Amazighs se verraient par la suite devenir, malgré eux, des soldats protégeant leurs maitres tout en servant leurs intérêts. L’une des stations importantes de l’histoire malheureuse des Amazighs est la conquête d’une grande partie du territoire de la péninsule Ibérique, l’Andalousie, pour devenir ensuite seulement des soldats exécutant les ordres de leur chefs Omeyades tout en gardant leurs palais. J’invite les lecteurs à méditer sur l’histoire de Tarik At Ziyad et Musa Ibn Nusseyr.

Uns autre station historique concerne les Amazghs du Maroc, qui une fois combattus avec courage le colon français, se sont mis à l’écart avec une nativité déconcertante pour laisser place aux autres qui allaient dicter l’orbite idéologique de leur future royaume. Lequel rendu indépendant des français mais donné sur un plateau d’argent aux Arabo-Andalous, qui avaient pour seule mission de renforcer l’arabo-islamisme tout en effaçant toute trace Amazigh du peuple marocain.

La troisième station concerne les Amazighs d’Algérie, plus particulièrement les Kabyles et les Chawis, qui ont suivis leurs nombreux et valeureux leaders (Amirouche, Abane, Krim, Benboulaid, Zirout, Haous, Didouche, …) en quête de l’indépendance acquise avec brio. Mais au final pour se retrouver en 1962 entre les gueules des loups Boumedienne, Boumedienne et Benbella pour ne citer que ces trois B, lesquels ont peint l’Algérie aux couleurs arabo-islamo-baathistes pour reprendre du regretté Matoub Lounes.

Faut-il signaler que ce qu’étaient les soldats Amazighs au service de leurs maitres Arabes au moyen âge, du temps de l’Andalousie, sont devenus dans les temps modernes les Ministres et premiers ministres Amazighs du Maroc et d’Algérie au service de leurs maitres arabes-Andalous-islamo-baathistes, à l’instar des Belaid Abdesslam, Benkiran, Ouyahia, Benflis, Dris Jettou, Khalida Toumi, Amara Benyounes, …

Tout indique qu’en Libye actuelle, la manouvre qui consiste à placer récemment un Amazigh de Zwara, Nuri Busehmin, à la tête du Congrès National Général, le parlement Libyen, suit la même trajectoire que celle suivi par l’ex-premier ministre Kabyle Ahmed Ouyahia, utilisé par son maitre Bouteflika pour mettre fin au mouvement citoyen des Archs en 2004. Dans le même ordre de ruse Arabo-Islamique, le président intérimaire de la Libye, Nuri Busehmin, n’est-il pas envoyé pour faire passer la prochaine constitution libyenne sans tamazight comme langue officielle. Au vue de l’accélération des derniers évènements en Libye, tout le laisse croire.

Jusqu’à quand nous, les Amazighs, prendrons notre destin entre nos mains. Espérant que les Amazighs de Libye montreront le chemin de la liberté et mettrons ainsi fin à cet esclavagisme arabo-islamo-andalous-baathiste qui n’a que trop durer. Personnellement j’y crois, si nous seront tous derrière nos frères Amazighs de Libye.

Belkacem Aider 

Décès du militant Mourad Kacer !

Par Madjid Laribi

Mourad s’est éteint ! Bien que s’était attendu à cause de cette saleté qui était venu se greffer dans son cerveau, l’annonce de sa mort ma entièrement bouleversé, vous a tous bouleversé les amis, vous qui l’avez accompagné à un moment ou à un autre, sur le chemin de la lutte, ou dans la vie de tous les jours ! On est révolté mais impuissant devant la mort ! Cette mort qui est juste dans son principe car elle n’épargne personne, mais injuste et abrupte dans sa façon d’y faire, d y frapper, de prendre les êtres chères !
Mourad était un de ses militants de gauche impénitents, têtus, opiniâtres, qui, contre vents et marées, se sont frayés un chemin dans le combat, gagnés leurs galons de militants, occupés un espace que certains responsables cooptés, archaïques, claniques, familiales, citadins bourgeois-sans la culture- ou issus du système, leur ont toujours refusé, souvent volé !

Tu as connu, comme d’autres militants de ton acabit, l’ostracisme partial de nos dirigeants incompétents, car tu es venu, issu, de ces montagnes ingrates de Kabylie, imbibé des valeurs de la paysannerie, qui avaient toujours insufflé, attisé, la braise de la résistance à nos montagnes !

Sur ton parcours que des embuches ! Lutter d’abord, comme dans le fils du pauvre de Feraoun, contre le dénuement, l’indigence qui est le lot quotidien de nos familles, dans ces récifs escarpés du Djurdjura ; lutter contre le système qui a volé le sacrifice de nos montagnes ; lutter contre nos responsables qui ont toujours voulu faire de nous des militants de seconde zone car issus de familles pauvres mais dignes !
Au lycée, puis à l’université, dans les comités autonomes, tu as su t’imposer, de faire entendre la voix de tes semblables, pour une vie décente des étudiants.

Au sein du MCB (Mouvement Culturel Berbère), tu as croisé le fer au sein de cette nébuleuse multi partisane qui faisait la force de la Kabylie, pour un combat juste et légitime, celui de la reconnaissance officielle du berbère : identité, langue et culture.

Tu as aussi été du dur combat pour les droits de l’homme au sein de la LADDH.

Au FFS, dans ce parti qui nous a appris à penser National, à penser Algérien, tu as été, n’en déplaise à certains bobos citadins, le 1er secrétaire fédéral, pour le combat démocratique.

Puis vient l’exil, le déracinement, en laissant derrière toi ta famille, tes amis, tant d’années de lutte et tant de camarades ! Tu n’as fait que suivre ta voie qui ta mené aux Etats Unies !
Vient le retour parmi les tiens, dans cet endroit le plus beau de la terre qu’est le Djurdjura ! Pour mener ton dernier combat ! Contre la maladie !

Au final, elle t’a eu cette putaine de mort ! Mais à ta façon, à ta manière, en choisissant le lieu et l’endroit, chez toi parmi les tiens, non en Amérique !

Elle est affreuse la mort ! Adieu l’ami ! Adieu camarade !

source: http://dzactiviste.info/deces-du-militant-mourad-kacer/

Kacer Mourad: L’enterrement aura lieu demain 24 juillet 2013

Nous avons le regret de vous faire part du décès du camarade, le militant infatigable, Kacer Mourad à la fleur de l’âge, suite à une longue maladie.
L’enterrement aura lieu demain, mercredi 24 juillet 2013 à 13H00 au cimetière de Vudhouala dans la commune d’Assi-Youcef.
Puisse Dieu Tout-Puissant lui accorder toute Sa Miséricorde et l’accueillir en Son Vaste Paradis. A Dieu nous appartenons et à lui nous retournons. – avec kacer mourad.

Mourad Kacer nous a quittés

Que vous dire? Notre ami, camarade et frère Mourad Kacer nous a quittés hier soir après avoir livré courageusement un ultime combat, celui contre la maladie. La terre entière serait dépeuplée mon cher car tu nous manqueras terriblement.
Puisse Dieu t’accueillir dans son vaste paradis. Repose en paix mon frère, je ne t’oublierai pas!

Bouteflika développe la maladie de Parkinson

Les Algériens ont tous remarqué que le chef de l’Etat se tenait les mains l’une dans l’autre lorsqu’il était montré assis dans une chaise roulante lors de son arrivée à l’aéroport militaire de Boufarik.

Algérie-Express a appris qu’en plus des troubles moteurs et sensoriels consécutifs à son accident vasculaire cérébral, Bouteflika développe la maladie de Parkinson, ce qui selon les spécialistes suppose que l’accident ischémique a affecté une large partie du cerveau. Cette maladie nécessite un traitement à vie. Autant de séquelles sont incompatibles avec le diagnostic d’AVC  mineur du professeur Bougherbal

Le chef de l’Etat est actuellement installé dans une villa de la banlieue ouest d’Alger aménagée par Sonatrach où il est suivi par des rééducateurs étrangers.

Ali Graïchi

SOURCE: http://www.algerie-express.com/ae/category-table1909569166/2750-sante-du-chef-de-l%E2%80%99etat-bouteflika-d%C3%A9veloppe-la-maladie-de-parkinson

le FC Barcelone change d’entraineur, l’argentin Gerardo Martino signe pour trois ans.

 

L’Argentin Gerardo “Tata” Martino s’apprête à devenir l’entraîneur du FC Barcelone en remplacement de Tito Vilanova qui vient de quitter le club catalan pour cause de maladie, affirme lundi la presse espagnole.

 

“Tata” Martino, actuel entraîneur du club argentin de Rosario, le Newell’s Old Boys, est attendu à Barcelone mardi après avoir conclu lundi cet accord avec les dirigeants du club lors d’une vidéoconférence, affirme le journal sportif AS.

 

Selon la presse sportive espagnole, le technicien argentin s’apprête à s’engager pour trois ans avec le Barça et apporterait dans ses bagages son actuel adjoint, Jorge Pautasso, ainsi que son préparateur physique, Elvio Paolorroso.

 

Le champion d’Espagne avait annoncé vendredi le départ de Tito Vilanova, âgé de 44 ans, son entraîneur depuis un an, qui souffre d’un cancer des glandes salivaires et va devoir se soumettre à un traitement “incompatible” avec ce métier.

 

“Tata” Martino avait immédiatement été cité parmi les favoris, avec l’Espagnol Luis Enrique.

 

AS soulignait samedi que l’Argentin semblait avoir “le plein appui” de Lionel Messi, son compatriote et star du Barça. Le journal catalan Sport remarquait qu’il est partisan d’un jeu “à vocation clairement offensive”, correspondant au style qui a fait l’excellence du Barça.

 

Agé de 50 ans, “Tata” Martino s’est fait connaître comme sélectionneur de 2007 de l’équipe du Paraguay, qu’il a conduite aux quarts de finale de la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud, une première pour ce petit pays sud-américain. Il avait confirmé l’année suivante avec une finale de Copa America perdue contre l’Uruguay.

 

Fin 2011, il a rejoint le Newell’s Old Boys, où il avait fait ses armes comme milieu de terrain, disputant 472 matches pour ce club dans les années 80, un record.

 

Le mois dernier, il a conduit Newell’s à la victoire dans le tournoi final du Championnat argentin, avant d’échouer aux tirs au but en demi-finale de la Copa Libertadores, la Ligue des champions sud-américaine, contre les Brésiliens de l’Atletico Mineiro.

 

Il avait annoncé qu’il quitterait le club après la Copa Libertadores.

 

Disciple de son compatriote Marcelo Bielsa, le très offensif sélectionneur du Chili au Mondial-2010 cité lui aussi comme un candidat possible au poste d’entraîneur du Barça, il avait néanmoins imprimé un style très défensif au Paraguay.